Image default
Objets connectés

[Test] Withings Steel HR Sport et Sleep : cocorico !

Withings, société française qui s’est fait un sacré joli nom à travers le monde pour ses objets et montres connectés, a connu au cours des dernières années un parcours disons mouvementé. Vendue par son créateur à Nokia, ce premier a racheté son bébé l’année dernière à la firme finlandaise et vient tout juste de refaire parler de lui au CES 2019 avec ses montres à ECG inclus, pour concurrencer frontalement Apple dans le domaine de la santé connectée.

Ce n’est pas de ces derniers produits que nous allons parler aujourd’hui, mais d’un autre, déjà sorti, qui célébrait un peu le “retour à la maison” de l’un des fils prodigues de la tech française : j’ai nommé la Withings Steel HR Sport.

Un long nom donc pour un produit qui ressemble sur plusieurs points à un autre qui était commercialisé par Nokia à l’époque, la Nokia Steel HR. Penchons-nous donc sur cette nouvelle itération de la montre connectée haut de gamme de Withings.

On ne change pas une équipe gagnante

Comme avec la Nokia Steel HR, la première chose qui frappe en découvrant la Steel HR Sport c’est son excellente finition. Les matériaux utilisés sont d’excellente facture, bien emboîtés, tout est impeccable…pour le boîtier. Car non, je n’ai pas du tout été convaincu par l’autre partie de cette montre, à savoir le bracelet. La qualité du silicone employé m’a immédiatement paru faiblarde par rapport à ce qu’on peut trouver sur une Apple Watch par exemple. J’ai tout de suite eu un doute quant à la tenue dans le temps de ce bracelet et l’expérience a prouvé que j’avais de bonnes raisons de me méfier : après à peine plus d’un mois de test, sans jamais porter la montre sous la douche ou en faisant la vaisselle, de sérieuses traces d’usure et de “patine” sont apparues, sans parler du côté “aimant à poussière” de ce matériaux.

Pour une montre qui se veut sportive, et donc à même de résister à des conditions d’utilisation particulières (i.e : sans forcément prêter attention à elle), ça la fout mal mais soit, les bracelets peuvent être changés par ce que vous voulez donc je n’en tiendrais pas trop rigueur à Withings pour le coup.

Une fois passée au poignet, le poids agréable redonne une image haut de gamme à la montre : c’est à nouveau beau, bien fini, et pour le coup le boîtier et le verre ne portent aucune trace d’usure. A titre personnel, je trouve la montre un poil petite, que ce soit à côté de ma G-Shock GW9400 (bon ok, on parle des limites d’une montre de poignet) ou à côté de ma Vivoactive 3.

La Steel HR Sport a pour elle une classe indéniable (même si je trouve la version avec fond noir plus réussie), avec ses petits inserts rouge (pour le côté sport, vous l’avez ?).

Où sont le compteur de marches et le GPS intégré ?

Du côté fonctionnalités, on a droit à la mesure de la fréquence cardiaque (d’où le HR, pour celles et ceux qui n’ont pas fait anglais LV1 ou LV2), à l’estimation de l’indice de forme cardio (via l’estimation vo2max), au suivi d’une trentaine d’activités (natation, course, boxe, musculation…) et au suivi de votre sommeil (avec la meilleure fonction d’une montre connectée, l’alarme par vibration). Pour ce qui est du GPS, il n’est pas intégré à la montre donc pas question d’aller courir sans votre smartphone : c’est bien dommage et on espère une intégration d’une puce dans la prochaine version. On comprend que ce sacrifice est fait sur l’autel de l’autonomie, sur laquelle nous reviendrons ultérieurement, mais avec la possibilité de pouvoir choisir l’activation ou non de la puce GPS tout le monde pourrait s’y retrouver… Egalement aux abonnés absents, cette fois moins compréhensible, le compteur d’étage/marches montés. Tous les concurrents le font, à vous Withings.

Bien sûr, la Steel HR Sport compte le nombre de pas, la distance, les calories dépensées (ou du moins une estimation, je ne suis pas convaincu par ces données) et elle est également étanche 5ATM (encore heureux si on veut suivre son chrono au 50m nage libre…).

Au poignet, une montre qui sait se faire oublier

Maintenant qu’on a parlé de l’aspect de la Steel HR Sport et de ses fonctionnalités, parlons un peu de mon expérience avec cette montre hybride.

Qui dit hybride dit aiguilles + écran. Contrairement à sa concurrente la Garmin Vìvomove HR qui cache habilement son écran (article à venir sur cette montre également), la Withings affiche fièrement sa connectivité par le petit hublot noir sur fond blanc de notre version de test. Ecran qui est par ailleurs tout à fait lisible en toute circonstances, et c’est l’essentiel ici. Forcément, qui dit petit cercle dans petite montre dit “tu ne perdras pas encore plus de temps sur Instagram en consultant sur ton poignet”.

Et c’est une bonne chose dans l’idée. Elle n’est pas distrayante.

La Steel HR Sport est avant tout un traqueur d’activité, là pour vous suivre discrètement tout en ne donnant pas l’impression d’exhiber un énième écran à la face du monde. De là à dire qu’elle passerait pour une montre standard non connectée non (on passera chez Frederique Constant pour ça). A la réception d’un message, elle vibrera et ce dernier s’affichera sur le petit écran. Bref, ne vous inquiétez pas, vous aurez quand même l’air à la pointe de la technologie avec cette montre.

La Withings Steel HR Sport est donc une montre hybride, discrète, mais qui veut en faire beaucoup pour vous sans que vous ne vous en rendiez compte. Et hormis quelques loupés, elle s’en sort très bien. Les vibrations gagneraient à être un poil plus forte, il m’est arrivé une ou deux fois en étant occupé de ne pas m’en rendre compte, mais le fait de pouvoir voir en un clin d’oeil le message qui vient d’arriver ou le nom de l’appelant sans consulter son téléphone est un vrai confort.

Au rayon des loupés, j’ai noté un suivi sommeil pas au top et un comptage de pas capricieux. Je m’explique : je dors mal, je fais des insomnies et je me réveille en général plusieurs fois par nuit (merci le jeune enfant aussi). Pendant ces périodes, il m’arrive de me lever, de marcher, de regarder mon téléphone, bref, de m’activer suffisamment pour que la montre détecte une interruption du sommeil mais non… Pour elle, j’ai souvent dormi comme un bébé (cette expression je ne la comprendrai jamais je pense, les bébés ne dorment pas).

De même pour le suivi des pas, correct si vous marchez les bras le long du corps mais attention aux mains dans les poches ou sur la poignée de la poussette… J’ai tendance à pousser ma fille avec la main gauche, celle à laquelle je porte mes montres (oui je sais, je suis chiant, je suis droitier comme tout le monde gnagnaboring) et par trois fois sur le même trajet d’environ 4km la montre n’a détecté aucun pas…

Ces deux problèmes pourraient être corrigés par une simple mise à jour je pense : chez Apple par exemple, si vous avez pensé à recharger votre montre avant la nuit pour la garder comme traqueur de sommeil, le suivi va prendre en compte non seulement les mouvements détectés par la montre et votre rythme cardiaque, mais aussi le simple fait d’allumer votre téléphone. En combinant ces infos, le suivi du sommeil est déjà plus précis que chez Withings (oui, à priori si vous jouez à Clash Royale à 4h du matin pendant une période de sommeil c’est que vous ne dormez pas). Idem pour le comptage des pas, l’application Withings permet la détection des trajets et donc cartographie les déplacements pendant une activité. En combinant le bornage GPS du téléphone à l’accéléromètre même imprécis de la montre, celle-ci devrait pouvoir détecter une marche même à main immobile… Bref Withings, si vous nous lisez, j’espère vous avoir aidé.

Une application assez complète

Couplée à la montre donc, l’application Health Mate qui au gré du passage chez Nokia s’est étoffée et est assez agréable à utiliser. Les couleurs sont douces, les informations sont claires mais peut-être qu’un mode “pro” permettrait l’affichage de plus d’informations à l’écran d’un coup, sans avoir à entrer dans chaque catégorie, pour consulter le détail.

La force de Withings c’est aussi et surtout son écosystème , là aussi étoffé par le passage chez les finlandais. A part les montres, la société fabrique aussi des balances connectées (j’ai une Body Cardio, je recommande cette balance si vous en cherchez une !), des bracelets connectés, un capteur de sommeil (lire ci-dessous), un thermomètre connecté et un tensiomètre sans fil. De tous ces appareils, Health Mate regroupe les données et les combine pour un suivi complet de votre santé, de votre forme et de votre hygiène de vie.

Autonomie : venez pas test

En parlant de vie, un mot très rapide sur l’autonomie de cette hybride… Je précise hybride pour vous préparer… Car oui, une montre avec des fonctions connectées qui tient un mois sur une charge ça existe, et c’est chez Withings. J’ai chargé la montre deux fois depuis que je l’ai reçue mi novembre, à la réception pour être sûr d’avoir une charge complète et mi décembre quand elle est arrivée à 5%…

A titre de comparaison et sans trop spoiler, l’hybride Garmin que l’on évoquait plus haut, et qui fera l’objet d’un test également, tient 1 semaine sur la charge…

Parce que le sommeil aussi c’est important !

On le mentionnait au-dessus, Withings offre une gamme complète. Pour ceux qui désire pousser leur suivi quotidien d’activité plus loin, on pourra compléter l’expérience Withings avec le tracker Sleep qui, vous l’aurez compris, suivra votre sommeil. Il s’agit d’une sorte de coussin très plat, que l’on vient glisser sous le matelas. Celui-ci détectera votre coucher et commencera son suivi : phase de sommeil léger, profond, réveil éventuel, ronflement, rythme cardiaque. Le tout vous donnera un score au réveil pour estimer la qualité de votre sommeil. Ces informations seront ensuite visibles sur l’application Health Mate de Withings, la même que celle utilisée avec la montre, et les rapports disponibles sont complets : informations par nuit, moyenne par semaine et même par mois afin de suivre l’évolution de la qualité de votre sommeil. J’étais assez sceptique à la réception du produit mais il s’est montré plutôt précis pendant mon test (à quelques imprécisions près mais c’est vraiment minime) ! On apprécie également l’intégration du service IFTTT ! On pourra ainsi programmer l’extinction des lumières une fois couché, et inversement, l’allumage de vos lampes au réveil.

Pour ceux qui s’interrogent concernant les ondes, Withings a prévu le coup (sa réponse ici) et pour faire court : “Sleep peut émettre des signaux Wi-Fi de courte durée (moins de 2 secondes) pendant que vous dormez”, des émissions qui restent plutôt négligeables du coup et c’est bon à savoir.

Conclusion

En bref, cette hybride connectée de Withings est une vraie réussite pour qui cherche un traqueur d’activité élégant, discret, doté de fonctionnalités relativement avancées de suivi de sport. Ses quelques faiblesses sont essentiellement des compromis à faire pour emballer tout ce paquet dans un joli boîtier de montre à aiguilles. Pas de GPS autonome ? Place et autonomie. Pas de fonctionnalités connectées avancées ? Discrétion et concentration. Je n’ai pas testé beaucoup d’hybrides mais l’offre proposée par la firme française est de premier rang, très particulièrement au regard de l’écosystème santé / forme / bien être de la marque. En deux mots : BRAVO et bon retour chez nous Withings. Longue vie à vous.

Vous aimerez sûrement

2 commentaires

Avatar
ANTHOINE Murielle 11 janvier 2019 at 9 h 16 min

Bonjour, je possédais la montre Steel HR depuis le début et je suis passée à la Steel HR Sport. Mais grosse déception, elle ne compte pas les pas de la même façon. Je perds environ 50% des pas par rapport à la précédente. Et j’ai fait le test en portant les 2 montres plusieurs jours d’affilée, au même bras et une à chaque bras, puis le lendemain en changeant les montres de bras. Idem pour la qualité du sommeil et les battements cardiaques, j’ai des analyses complètement différentes…
Déception.

Répondre
Aram Sulukdjian
Aram Sulukdjian 11 janvier 2019 at 9 h 53 min

Bonjour et merci pour votre retour !
50% de delta me paraît énorme, j’avoue ne pas avoir eu le même comptage en portant la Steel HR Sport et la Garmin au même bras pendant une journée mais j’étais loin d’une différence aussi importante ! Une différence en fin de journée de 150-200 pas sur un max de 10000 en tout et pour tout…
Un petit passage par le SAV éventuellement à envisager ?

Répondre

Ajoutez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site.