Audio

[Test] Sonos Beam : la barre de son facile

BANNER 4 2

Une fois qu’on a mis le pied dans l’écosystème Sonos on n’a qu’une envie : s’y vautrer. Après notre test de la One SL, nous avons eu l’opportunité de tester la barre de son Beam. Voici donc notre retour d’expérience après un bon mois en sa compagnie.

Design et ergonomie : une barre de son discrète mais bien dotée

La Beam est une barre de son de 68,5 x 651 x 100 mm de dimansions, relativement compacte donc et plutôt légère avec ses 2,8kg. Elle pourra donc être placée à peu près n’importe où et sur tout type de support. A noter également la possibilité de fixer la barre au mur, avec le support mural en option.

Elle est composée de quatre woofers et d’un tweeter ainsi que de cinq micros utilisés pour répartir le son en fonction de la pièce (en plus de servir pour Alexa ou Google Assistant).

On retrouve avec la Beam la qualité des plastiques de la One, très doux et dur sur le dessus et le dessous de l’enceinte.

La grille est en revanche en tissu au lieu du grillage rigide de la petite soeur et c’est peut-être là l’un de mes principaux griefs envers la Beam : ce tissu accroche la poussière comme pas possible. Peut-être que c’est moins dérangeant sur la version blanche de la barre mais sur l’unité de test noire on peut dire que j’ai passé beaucoup de temps à essayer de conserver le look agréable et propre en époussetant, sans grand succès.

Hormis ce point, l’enceinte est une réussite visuelle et bien qu’elle n’ait pas vocation à être souvent déplacée, la manipuler révèle une construction solide, un poids bien réparti et des contrôles judicieusement placés sur le dessus, comme sur la One.

La connectique au dos est dans la lignée de celle de la petite enceinte, à ceci prêt qu’une entrée HDMI-ARC est présente et qui trahit la destination principale de la Beam par rapport à la One : c’est une enceinte connectée certes mais c’est surtout une barre de son destinée à être connectée à une TV ou à un vidéoprojecteur. A ce propos, un adaptateur HDMI vers optique est fourni pour connecter l’enceinte sur des appareils ne disposant pas de la fonctionnalité ARC.

La connectique de la Beam
Alimentation, appairage manuel, Ethernet, HDMI-ARC

A noter enfin que le micro qui sert à contrôler la Beam avec Alexa ou Google Assistant peut-être désactivé (vous savez ce que j’ai fais juste après l’avoir branchée).

En noire ou en blanche, la Beam devrait trouver sa place aisément dans tout type de salon.

Un son puissant et précis

Tony a acheté, avant ce test et suite à celui de la One et mes conseils, une Beam pour chez lui et je vous propose d’inclure dans cet article son expérience de la partie sonore de la barre de son (en plus de la mienne).

« J’utilise  la Beam comme sortie audio par défaut sur ma TV depuis son achat, et la différence est juste incroyable. On l’utilise donc pour la TV, les films, les jeux (Switch) et la musique via AirPlay. Je rejoins Aram sur la facilité d’utilisation et la qualité du son. Le son est riche, puissant, précis. Assez puissante cette Beam ? Je pense n’avoir jamais monté le volume à plus de 40% afin de préserver la relation avec mes voisins, donc oui, assez puissante cette Beam. L’immersion est bien meilleure quand on regarde un Marvel ou qu’on joue à NBA 2K. Petit détail que j’apprécie également : l’option réduction de bruit sur l’application qui, pour faire simple, réduit les basses les plus profondes afin d’atténuer cet effet “boum-boum” constant dans les oreilles. » Tony.

J’ai pour ma part utilisé la Beam comme suit :

  • pour diffuser de la musique depuis Spotify/Tidal ;
  • pour diffuser le son de mon vidéoprojecteur (BenQ w1090) via l’Apple TV en AirPlay 2 ;
  • pour diffuser le son de ma PS4 Pro, les deux appareils étant reliés au BenQ en HDMI.

Pour ce qui est de la diffusion de musique, évidemment, la Beam brille et donne un résultat encore plus puissant et précis (réparti) que la One.  En terme de puissance d’ailleurs, je dois avouer n’avoir pas dépasser la moitié de la barre de volume !

La diffusion du son de la Playstation en jeu comme en lecture Bluray est également remarquable, même sans enceintes satellites on a une vraie expérience Home cinema avec des ajouts bienvenus comme ce mode “amélioration vocale” qui permet de distinguer les dialogues quand les personnages parlent à voix basse ou pendant une scène d’action particulièrement explosive.

Enfin et en “sans fil”, en diffusant le son de l’Apple TV via AirPlay il n’y a strictement aucune latence (je n’ai pas mesuré avec des outils techniques mais la désynchronisation labiale est quelque chose d’aisément notable et il n’y a rien de tel à signaler). Le visionnage de Netflix, Molotov, OCS, Youtube (oui je sais) est un régal, sans s’encombrer de fils supplémentaires. Le confort des enceintes wifi est indéniable.

Une application toujours complète et maîtrisée

Je vous renvoie pour cette partie à mes commentaires sur l’application dans mon article sur la One SL, celle-ci n’ayant pas évolué entre les deux tests.

J’ajouterai tout de même que si vous souhaitez appairer deux One (SL) à la Beam pour un système Home cinema complet, cela se passera depuis l’application en quelques clics.

Ce sont des enceintes multiroom donc vous pouvez tout à fait, si vous avez une One et une Beam diffuser des sons différents sur chaque enceinte ou alors choisir de diffuser depuis la même source sur les deux en même temps (mais ça fera juste augmenter le volume sonore et remplira plus la pièce, sans bénéficier d’une meilleure répartition sonore qui tirerait partie des deux enceintes).

Et Beam : l’enceinte qui tient bon la barre

La Beam est une barre de son entrée de gamme (chez Sonos) et on aurait pu craindre, en la testant, qu’elle fasse partie de cette catégorie de produits uniquement là pour vous donner envie d’aller toujours plus loin dans la composition de votre système son.

Mais ce n’est heureusement pas le cas, la Beam se suffit à elle-même dans l’immense majorité des cas (sauf si votre salon/salle de projection ciné fait 90m2…). Quelque soit l’usage que vous en ferez, la Beam vous donnera satisfaction, même si on peut peut-être regretter l’absence de connexion jack pour sortir le son d’une platine ou d’un lecteur CD. La philosophie Sonos reste cohérente, si vous pouvez utiliser la Beam en la branchant uniquement à la TV pour en sortir le son c’est bien, et si vous pouvez même vous passer de ça, c’est encore mieux. Après tout, se débarrasser des câbles est dans l’air du temps et Sonos a été parmi les premiers à s’y atteler.

Je recommandais la One pour un usage “streaming musical” et je recommande évidemment la Beam pour ce même usage et plus encore, l’expérience Home cinema étant encore plus réussie… Je retourne pour ma part sur ma One SL personnelle, en attendant pourquoi pas de pouvoir passer à la Beam.

Cet article peut contenir des liens affiliés. En plus de représenter une source de revenus pour La Revue Tech, ils nous permettent de garder notre indépendance et de partager un avis objectif. Nous ne percevons pas de revenus des marques.

Vous aimerez sûrement

2 commentaires

Avatar
VANDORMAEL Michel 1 juillet 2020 at 10 h 53 min

Semble très attrayante mais qu’en est-il des dialogues quand p.ex. Charlotte Gainsbourg susurre ses états d’âme ? La plupart des tests lus, voire tous, insistent sur les qualités d’immersion , la profondeur des basses, la capacité à rendre avec précision le vacarme de l’explosion d’une bombe atomique… mais pour ce qui est des dialogues rien ou si peu. Or il suffit de consulter la toile pour se rendre compte que pour beaucoup de gens, et pas seulement pour les vieux paletots, les dialogues de beaucoup de films français constituent un véritable problème de compréhension .
Alors quelle meilleure barre de son pour les dialogues ?
Cordialement .
Michel VANDORMAEL.

Répondre
Aram
Aram 1 juillet 2020 at 11 h 14 min

Bonjour et merci pour votre commentaire. Le mode amélioration vocale (disponible depuis l’application Sonos) permet justement d’amplifier les dialogues, particulièrement ceux à voix basse (comme ceux de C. Gainsbourg ou de K. Stewart) ou encore ceux entre W. Smith et M. Lawrence pendant une scène de course poursuite avec explosion de bateaux et d’avions et fusillades dans Bad Boys. Si vous en avez l’opportunité, nous vous conseillons de la tester en magasin (si possible bien sûr).
La Beam est une barre de son vraiment polyvalente même pour des dialogues à voix basse 🙂
Bonne journée,
AS

Répondre

Ajoutez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site.