Lecture en cours
Test du DJI Phantom 4 : le meilleur drone grand public

Détails
Modèle

DJI Phantom 4

Système

iOS / Android
Application : DJI Go

Poids

1 380 grammes

Écran

Stream en 720p à 30 fps

Caméra frontale

94°
4000 x 3000
Timelapse/HDR
Vidéo jusqu'en UHD 4096 x 2160 (24/25fps)

Stockage interne

Micro SD,
Capacité maximale : 64GB, Classe 10 ou type UHS-1 minimum

Puissance délivrée

Vitesse Ascensionnelle max : 6 m/s (Mode Sport)
Vitesse de Descente max : 4 m/s (Mode Sport)
Vitesse max : 20 m/s (Mode Sport)
Altitude max : 6000 m

Mise en route

Mode d'assistance au décollage

Connectivité

GPS / Glonass

Capteurs

Système de reconnaissance d'obstacles : 0.7 à 15m

Batterie

Radiocommande : 6 000 mAh
Drone : 5 350 mAh

Autonomie

28 minutes annoncées

Materiaux

Plastique

Coloris

Blanc

Annonce

1er mars 2016

Prix officiel

1 599 €

Positif

Une facilité de prise en main déconcertante
Le capteur 12 mégapixels offre de très belles performances
Un packaging très complet

Négatif

Un prix plutôt élevé
Une autonomie un peu trop basse tellement on a envie d'en profiter plus longtemps
Un encombrement qui le rend moins pratique à transporter

Rédaction
Lecteurs
Notez ici
Design
9.0
10
Logiciel
9.7
7.5
Appareil photo
9.7
10
Performances
9.8
10
Confort
9.7
10
Accessoires
9.5
10
Conclusion

Il ne serait pas présomptueux d'affirmer que le Phantom 4 de DJI figure parmi les meilleurs drones du moment. Détection d'obstacle, différents modes de vol, capteur CMOS intégré, etc. Le drone du leader mondial du marché s'est offert tous les arguments possibles pour plaire, et c'est gagné. Toutes les séances de vol que j'ai pu avoir avec ce Phantom 4 étaient toujours plus faciles et agréables jour après jour, et les plans 4K que j'ai pu filmer étaient toujours d'aussi belle qualité. Un grand bravo à DJI pour ce petit bijou 👏 !!!

9.6
Rédaction
9.6
Lecteurs
2 notes
Vous avez noté ce produit !

Jour après jour de nouveaux appareils font surface sur le marché et s’imposent dans les ménages. Après le smartphone ou encore la tablette, peut-être que les drones sont le prochain eldorado du monde high-tech.

DJI Phantom 4 drone go pro grand public premium test review hands on prise en main la revue tech

Aux côtés des drones de Parrot, 3DR ou encore Hubsan, on retrouve DJI avec son Phantom 4 dont nous sommes tout simplement sous le charme. Avec la sortie du Mavic Pro, du Phantom 4 Pro et du Phantom 4 Pro Plus, le prix du Phantom 4 vient de chuter en dessous de la barre des 1 200 euros. Intéressant non ? Voici donc nos impressions sur ce drone bourré de fonctionnalités.

DJI Phantom 4 drone go pro grand public premium test review hands on prise en main la revue tech

Design

DJI a repris l’esprit de son Phantom 3 pour son successeur. Ainsi, si vous avez déjà eu l’occasion de jeter un coup d’oeil à un drone de DJI, vous ne devez pas être en terre inconnue.

Avec 1,40 kg sur la balance et une finition un peu plus brillante que son prédécesseur, le Phantom 4 est certes assez lourd mais est plutôt pratique pour ne pas être déstabilisé en l’air.

DJI Phantom 4 drone go pro grand public premium test review hands on prise en main la revue tech

Une fiche technique au top !

Débutons par les patins d’atterrissage qui ne sont malheureusement pas rétractables, ce qui est assez gênant pour le transport. Mais pour la défense du drone, sachez que c’est là que se cachent les antennes de la bestiole.

DJI Phantom 4 drone go pro grand public premium test review hands on prise en main la revue tech

Juste à l’arrière du châssis on retrouve l’emplacement de la batterie de 5 350 mAh. D’après DJI cette dernière devrait tenir environ 28 minutes, soit 25% de plus que le Phantom 3. Néanmoins au bout de 20~25 minutes en moyenne vous devrez déjà la retirer pour la recharger.

DJI Phantom 4 drone go pro grand public premium test review hands on prise en main la revue tech

De l’autre côté, sur la face avant donc, DJI a implémenté l’une des nouveautés phares de son dernier drone : le système de détection d’obstacle. Il s’agit d’une belle prouesse technique de la part de DJI pour un drone de cette envergure :

le Phantom 4 peut ainsi s’arrêter tout seul devant un obstacle vers lequel on l’aurait dirigé

voir même le contourner dans certaines conditions. Ce système couvre une zone de sécurité allant de 70 centimètres à plus de 15 mètres. À noter que l’OSS ne fonctionne que par l’avant de l’appareil grace à 2 caméras, et par le bas via 2 sonars. Le seul défaut est donc que les 2 caméras à l’avant et les 2 capteurs en dessous du châssis ne couvrent pas les côtés du drone : soyez prudent aux manettes !

DJI Phantom 4 drone go pro grand public premium test review hands on prise en main la revue tech

On notera que le drone est fourni dans une valise de transport en polystyrène renforcé, qui contient le drone, 2 jeux de 4 pales, les différents câbles et chargeurs, ainsi que la radiocommande.

 

Un capteur CMOS de 12 mégapixels surprenant

Au niveau de la nacelle on retrouve la fameuse caméra de 12 mégapixels du Phantom 4. Le capteur CMOS de 94° ouvrant à f/2.8 est pour ainsi dire de toute beauté, aussi bien en photo qu’en vidéo. Le seul domaine où il a légèrement failli est celui de la photo en HDR où les résultats n’étaient pas exploitables du tout. Ceci mis à part, et si on se penche plus sur la vidéo : c’est un vrai plaisir.

Les plans sont magnifiques, captation en UHD 25fps oblige, et le mode automatique saura rendre fidèlement la scène.

Il faut cependant faire attention à la force du vent qui a très souvent empêché la stabilisation 3 axes de fonctionner correctement. Certains regrettent le fait que la caméra soit fixée au drone et n’est donc pas interchangeable (pour une GoPro par exemple), mais dans les faits cela devient vite assez accessoire.

DJI Phantom 4 drone go pro grand public premium test review hands on prise en main la revue tech

 

Un 1er vol d’une facilité déconcertante

DJI a toujours su garder les choses simples avec ses drones et c’est encore le cas avec ce modèle. Plusieurs possibilités s’offre au pilote pour faire décoller très facilement le drone :

  • Appuyer sur le bouton Décollage sur l’application
  • Ramener les 2 joysticks vers soit en formant un “V”

DJI Phantom 4 drone go pro grand public premium test review hands on prise en main la revue tech

Après ces actions, le Phantom 4 va donc s’arrêter en mode stationnaire, prêt à effectuer vos prochaines commandes. Et s’il y a une chose que je peux vous assurer : piloter le Phantom 4 est incroyablement facile. Même sans aucune notion dans le domaine, une session de vol suffit à comprendre le fonctionnement de l’application et à s’acclimater à la radiocommande.

DJI à ramené à quelque chose de très simples, des  actions pourtant complètes et complexes : j’ai vraiment été bluffé sur ce plan là.

Même facilité pour fixer les pales. Fixez celles avec un cercle noir sur les rotors avec un point noir sur le dessus, idem avec les grise. Pas besoin de visser ou quoi que ce soit : un simple quart de tour avec une légère pression dans un sens ou dans l’autre permet de fixer et d’enlever les pales, un jeu d’enfants. 

DJI Phantom 4 drone go pro grand public premium test review hands on prise en main la revue tech

Si vous avez déjà tenu une manette de console dans vos mains, la sensation est à peu de choses près la même. On comprend très vite dans quel sens diriger quel joystick pour faire aller le drone où l’on veut. Pareil pour la nacelle dont la commande est à portée de votre index gauche.

DJI Phantom 4 drone go pro grand public premium test review hands on prise en main la revue tech

Petite frustration lorsque l’application émet un petit bip à 30% restant niveau batterie. Et comme on pouvait s’y attendre : dès que le drone atteint les 15%, il arrête la manoeuvre en cours et revient automatiquement au point de départ. Il faut donc bien le laisser s’initialiser avant le décollage, sous peine qu’il ne puisse plus revenir. Sachez cependant que vous pouvez reprendre la main lorsque le drone est entrain de revenir : à vos risques et périls !

DJI Phantom 4 drone go pro grand public premium test review hands on prise en main la revue tech

 

L’interface très complète : DJI Go

La suite des évènements se déroule dans votre tour de contrôle, l’application dédié : DJI Go. Celle-ci est disponible sur iOS et Android, mais malheureusement, seule la version de l’AppStore bénéficie de la traduction en Français apparemment.

Screenshot_2016-08-21-20-14-45

La connexion entre la télécommande et votre appareil se fait via une technologie propriétaire à DJI (le LightBridge) et permet d’avoir un retour vidéo en direct 720p à 30 fps. Mais là : attention à l’appareil que vous utilisez ! J’ai commencé ce test sur un iPad Mini de 1ère génération et j’ai eu affaire à des latences qui m’auront fait jurer comme pas possible. Cependant en passant sur un iPad Air, c’était une toute autre histoire. Il faudra donc un appareil avec un processeur et une RAM assez récents pour espérer profiter d’un expérience décente. Pour fluidifier encore un peu plus le tout, vous pouvez désactiver le cache vidéo ainsi que le décodage hardware dans les paramètres de l’application.

L’interface est quant à elle extrêmement complète et assez ergonomique.

À part les différents icônes des modes de vol qui ne sont pas spécialement compréhensibles, tout est assez intuitif. Vous pouvez donc contrôler le drone, sa nacelle, sa position GPS, sa batterie (et une estimation du temps de vol restant), etc.

Screenshot_20160821-194819

DJI Go vous permet aussi de choisir entre les 3 configurations possibles pour utiliser la radiocommande, même si personnellement je me suis très vite habitué à celle de base. Depuis l’interface vous pourrez aussi définir l’altitude et la distance maximum du drone, sachant qu’ils sont majorés à 6 000 et 3 000 mètres chacun.

En somme c’est une application extrêmement bien ficelée que nous propose là DJI avec ses Phantom.

Screenshot_20160821-194832

La manette complète et ergonomique

La radiocommande du Phantom 4 a le mérite d’être aussi bien fournie en bouton qu’elle est agréable à utiliser. Elle propose une multitude de boutons qui permet de : diriger le drone, contrôler la nacelle, lancer/arrêter l’enregistrement vidéo, faire automatiquement revenir le drone à son point de décollage, etc. Elle s’offre même le luxe de proposer 2 boutons paramètrables sur sa face arrière.

DJI Phantom 4 drone go pro grand public premium test review hands on prise en main la revue tech

On utilisera donc le joystick de gauche pour faire monter et descendre le drone et le faire tourner sur lui même, et celui de droite pour le faire aller d’avant en arrière ou de gauche à droite sur un plan latéral.

DJI Phantom 4 drone go pro grand public premium test review hands on prise en main la revue tech

C’est sur le côté supérieur gauche qu’on retrouve le petit levier pour choisir parmi les différents modes du drone (Sport, Positionning, Attitude, etc). Sachez que le mode Sport désactive automatiquement le système de détection d’obstacle, tant il permet au drone d’aller vite : il serait assez compliqué pour le drone de freiner pile devant un obstacle alors qu’il est lancé à plus de 72 km/h !

DJI Phantom 4 drone go pro grand public premium test review hands on prise en main la revue tech

Je vous conseillerai donc d’utiliser cette radiocommande avec une tablette si possible, pour un certain confort de visibilité et pour ne pas vous inquiéter pour la batterie. Avec ses 6 000 mAh, la manette à donc une capacité plus élevée que celle du drone ( 5 350 mAh) et ne se déchargera donc pas si facilement 😉 !

DJI Phantom 4 drone go pro grand public premium test review hands on prise en main la revue tech

 

Les modes de vols : aussi utiles qu’intéressants

Si je devais mettre en avant un point en particulier sur ce drone, ce serait sans doute ses modes de vol. Pensés pour être utilisés même par des néophytes, les modes du Phantom 4 sont aussi divers que variés, mais aucun n’est là juste pour faire de la figuration.

DJI Phantom 4 drone go pro grand public premium test review hands on prise en main la revue tech

Plusieurs étaient déjà présents sur le Phantom 3 mais parmi ceux qui ont retenu notre attention on peut citer :

  • Tap to Fly, pour faire décoller le drone d’une pression à l’écran,
  • Active Track, pour suivre une cible en mouvement,
  • Follow Me, pour que le drone suive la personne aux commandes,
  • Return To Home, pour faire automatiquement revenir le drone au point de décollage (très utile),
  • Obstacle Avoidance, qui comme je vous le disais plus tôt, permet d’éviter au drone d’entrer dans des objets,

ou encore le fameux mode Sport, qui permet d’atteindre une vitesse de pointe de 72 km/h (à utiliser avec prudence !).

En fonction du lieu et de l’occasion du vol, vous verrez que certains modes sont plus adaptés que d’autres mais ils ont été très bien pensés !

DJI Phantom 4 drone go pro grand public premium test review hands on prise en main la revue tech

 

L’autonomie décente mais frustrante

DJI annonce 28 minutes de vol en moyenne, soit 6 minutes de plus que les 22 du Phantom 3. Dans la pratique j’ai plutôt observé du 22 minutes d’autonomie en moyenne.

DJI Phantom 4 drone go pro grand public premium test review hands on prise en main la revue tech

Autant la manette prend 3h et demie pour se recharger totalement, mais est extrêmement endurante, autant la batterie du drone demandera en moyenne 1h 20 pour être rechargée à 100%.

DJI Phantom 4 drone go pro grand public premium test review hands on prise en main la revue tech

Si vous n’avez pas le temps d’attendre entre chaque recharge, chaque batterie supplémentaire vous reviendra à 140 euros, ouch 🙀 !

DJI Phantom 4 drone go pro grand public premium test review hands on prise en main la revue tech

 

Conclusion

Le moins que l’on puisse dire c’est que le Phantom 4 n’est pas destiné à Monsieur Tout le monde. Comptez entre 1 400 et 1 500 euros, avec 140 euros pour une batterie supplémentaire (que je vous recommande fortement).

DJI Phantom 4 drone go pro grand public premium test review hands on prise en main la revue tech

Néanmoins si on passe outre le prix, force est de constater qu’on a affaire à un petit bijou. J’ai tout particulièrement apprécié les belles prestations de la nacelle et son objectif de 12 mégapixels, ainsi que l’utilité des différents modes mis à notre disposition.

Le seul véritable regret qu’on pourrait avoir serait donc cette autonomie d’une demie heure seulement.

Ainsi si vous aviez quelques sous de côtés et que vous êtes à la recherche DU drone qu’il vous faut : le Phantom 4 est sans l’ombre d’un doute l’une des meilleures options du marché.

DJI Phantom 4 drone go pro grand public premium test review hands on prise en main la revue tech

J’attire cependant votre attention sur un point important : penser à vous renseigner sur les réglementations en vigueur dans votre pays pour éviter toute mauvaise surprise.

On se donne rendez-vous avec les tests des Mavic Pro, Phantom 4 Pro, Phantom 4 Pro Plus pour voir tout ce qui a changé !

😎 Acheter le DJI Phantom 4


À propos de l'auteur
Charles Mangwa
Charles Mangwa
Je navigue entre Medium et les Minions, la culture japonaise et les emojis. N'hésitez pas à venir papoter sur Twitter : dispo 35 heures sur 34 😎 !

Poster un commentaire

Design
Logiciel
Appareil photo
Performances
Confort
Accessoires