Image default
Objets connectés

[Test] Pebble Time : une alternative à Android Wear et l’Apple Watch ?

11 avril 2012, alors que le crowdfunding, et notamment Kickstarter, font leurs débuts sur la toile, nous permettant de découvrir un tas d’inventions (plus ou moins) révolutionnaires, un petit gadget va faire l’effet d’une bombe : la Pebble. Cette montre connectée, avant l’arrivée d’Android Wear et de l’Apple Watch, attire immédiatement la curiosité et récoltera 100.000$ en seulement 2h, et plus de 10.000.000$ à la fin de la campagne : un succès total ! 3 ans après, la start-up américaine remet le couvercle avec la Pebble Time : 20.000.000$ récoltés cette fois-ci ! Mais le marché a bien évolué en seulement 3 ans : Samsung, Motorola ou encore Apple, entre autres, font désormais partie du paysage et pas seulement pour de la figuration. La Pebble Time a-t-elle évolué aussi vite que ses concurrentes ? Peut-elle prétendre rivaliser avec la Moto 360 ou l’Apple Watch ? C’est ce à quoi La Revue Tech va répondre dans ce test.

Hardware

Si la première Pebble avait un aspect peu attractif – il faut avouer qu’elle ressemble plus à un jouet qu’à une montre – la Time a bénéficié d’un travail plus soigné : elle est plus agréable à regarder, grâce à un design moins cheap, mais aussi à porter, grâce à un format et une ergonomie repensés.

Le boîtier est moins encombrant, moins épais et légèrement incurvé pour un meilleur confort au poignet. A l’arrière, on retrouve le chargeur aimanté qui assure l’étanchéité de la montre.

Le bracelet, en caoutchouc, est doux et agréable à porter. On pourra bien évidemment le changer par celui de son choix puisqu’on retrouve ici un classique 22mm. On notera d’ailleurs que le système de pompes est particulièrement ingénieux car il facilite grandement le remplacement du bracelet.IMG_3739
IMG_3729
IMG_3731
IMG_3732

Sur la gauche du boîtier on retrouve un seul bouton, essentiellement pour revenir en arrière. A droite, 3 boutons, qui serviront à la navigation dans les menus et la Timeline, ainsi qu’un micro. Nous reviendrons sur le software dans la prochaine partie.

Vous l’aurez donc compris, point d’écran tactile ici, ce qui peut être déroutant au début si l’on est un ancien utilisateur d’une montre sous Android Wear comme moi, par exemple, mais on s’y fait très vite. La navigation est intuitive, les boutons répondent très bien. Par contre, on bénéficie avec la Pebble Time d’un écran e-ink, en couleur cette fois, qui s’avère être le plus lisible du marché, en intérieur, grâce à un rétro-éclairage classique, mais particulièrement en plein soleil puisque l’écran reflète la lumière et sera d’autant plus visible en environnement très lumineux.

DSC_2020

On notera que sa technologie d’écran permet à la Time d’être toujours activé, vous n’aurez donc aucun mal à lire l’heure ou vos notifications.

En fin de compte, on se fait très vite à porter cette Pebble Time quotidiennement : son design et son ergonomie retravaillés la rendent bien plus plaisante à garder autour du poignet et plus confortable également.

Software

Passons au software, du côté de la montre on retrouve un OS maison nommé … L’interface de la montre est globalement basé sur la Timeline qui, via les 3 boutons, vous permet de suivre votre journée :

  • la touche du bas vous montre les évènements à venir, la météo, etc.
  • la touche du haut vous permet de revenir en arrière, de voir les événements passés.
  • la touche du milieu, elle, permet d’accéder aux menus de la Pebble ou de sélectionner un événement dans la Timeline pour voir plus de détails.

Ce système de Timeline, bien que j’étais dubitatif au début, est finalement très efficace et permet d’accéder rapidement au programme de notre journée.

Dans les menus de la Time, vous aurez accès aux paramètres pour régler vibration, luminosité et autres ; aux notifications, que ce soit messages, mails, appels, agenda, bref toutes les notifications qui apparaissent sur votre téléphone apparaîtront sur l’écran de votre Time ; aux contrôle pour la musique, précédent, pause, suivant, volume +, volume –  ; à l’application alarme, au nom suffisamment explicite, qui déclenchera le vibreur de la montre ; aux différentes watchfaces, téléchargeables depuis le store Pebble ; et enfin aux différentes applications que vous aurez également téléchargées depuis le store.IMG_3725
IMG_3738
DSC_2014

Le store, parlons-en justement : passons à l’application Pebble que vous aurez à télécharger sur votre smartphone (Android ou iOS). Vous aurez besoin de celle-ci pour lier votre Pebble Time à votre smartphone. Une fois la liaison faite, c’est depuis celle-ci que vous pourrez télécharger applications, watchfaces et vous amuser avec les différents paramètres de celles-ci.

DSC_2023

Pour ce qui est des applications, le store n’est bien évidemment pas aussi riche que celui dédié à Android Wear ou à l’Apple Watch, mais il offre l’essentiel. On pourra trouver des applications telles que Yelp, Evernote, ESPN ou encore WunderPebble pour gérer vos tâches Wunderlist et Misfit, Up, Endomondo ou Morpheuz en ce qui concerne les trackers d’activités (Misfit est mon préféré).

La montre offre donc les fonctionnalités essentielles dans une interface très simple et intuitive. Tout se fait avec les 3 boutons ce qui rend les premières prises en mains très faciles et on s’habitue très facilement à ce système de timeline.

Fonctionnalités

Quand on parle de montre connectée on pense forcément aux notifications. Si vous n’en attendez pas plus, la Pebble Time joue parfaitement son rôle : SMS, mails, appels, Facebook, Twitter, Clash of Clans, comme dit plus haut, tout ce qui arrive sur votre smartphone apparaitra sur votre Pebble, et c’est diablement efficace.

Beaucoup sous-estime l’utilité d’une montre connectée, mais quand on reçoit beaucoup de notifications, on est bien content de pouvoir vérifier si l’information que l’on vient de recevoir nous intéresse, ou pas, avant de sortir son téléphone : c’est un réel gain de temps et de productivité.

Mais la Pebble n’est pas bonne qu’à faire echo de vos notifications. Si vous avez la chance de posséder un smartphone Android, le micro vous permettra de répondre à la plupart des messages comme les mails ou les SMS, et grâce à une reconnaissance vocale des plus efficaces, ça marche du tonnerre !

IMG_3738

En plus de cela, le store offre de nombreuses applications qui vous permettent, par exemple, d’accéder à votre compte Evernote ou Wunderlist, ainsi qu’aux tâches que vous y avez ajoutées.

D’autres applications vous permettront de suivre votre activité physique, comme la marche, la course ou encore la natation étant donné que la Pebble Time bénéficie de l’étanchéité jusque 30m, et vos cycles de sommeil. Toutes ses données pourront ensuite être consultées plus précisément sur votre smartphone et être liées à Google Fit ou Health sur iOS.

IMG_3735

Pour finir, on pourrait regretter de ne pas retrouver Google Maps sur le store Pebble. Certaines applications (aux alentours de 2€) offrent la possibilité d’avoir une carte et l’itinéraire sur l’écran de sa Pebble mais ce n’est pas aussi complet ni aussi intuitif que Maps sur une Moto 360 par exemple. Cependant, nous avons contourné ce problème à La Revue Tech en lançant un itinéraire depuis notre smartphone, nous le rangions ensuite dans une poche et recevions les notifications concernant l’itinéraire au poignet : utile quand on est dans un quartier où l’on préfère garder le smartphone dans sa poche ou en vélo, par exemple.

DSC_2021

Il me semble important de préciser que la Pebble Time affiche une autonomie bien plus importante que ses concurrentes, allant de 5 à 10 jours suivant l’utilisation.

Conclusion

Nul doute que Pebble a voulu frapper fort avec cette Time (et la Time Steel, disponible à 299€) : design revisité, écran et interface revus. On efface et on recommence tout pour proposer un produit qui plaira au grand public.

On pourrait cependant regretter l’absence d’un écran tactile mais l’écran e-ink s’avère redoutable et au final, avec l’autonomie XL, c’est bien ça qui différencie Pebble de la concurrence. A un prix de 250€, on peut se demander s’il n’est pas préférable de prendre une montre sous Android Wear si l’on a un smartphone Android pour bénéficier au mieux des services de Google. Cependant, si l’on a un iPhone, la Pebble Time devient vite plus intéressante que l’Apple Watch Sport, dont le prix débute à 400€ et qui n’offre ni une autonomie équivalente ni même l’étanchéité. La version Steel, qui est commercialisée à 300€ reste elle aussi bien plus accessible que la montre d’Apple dans sa version plus premium. Cependant sur la plateforme iOS, Pebble doit maintenant aussi contrer Android Wear, compatible depuis peu avec les iPhones. Android Wear offre un catalogue très varié de design et surtout de prix, et même si l’interaction est bien moins bonne avec un iPhone qu’avec un mobile Android, cela ne devrait pas faciliter la tâche de la petite Time.

S’il est trop tôt pour dire si le pari est réussi ou pas – malgré une campagne Kickstarter de tous les records – la compagnie américaine a voulu mettre toutes les chances de son côté avec la Time. Elle est agréable à porter, a un aspect bien moins cheap et offre toutes les fonctionnalités que l’on attend d’une montre connectée (a-t-on vraiment besoin d’aller sur Instagram depuis sa montre ?). Cela sera-t-il suffisant ? 

Achetez la Pebble Time en noir, rouge ou blanc pour 249,90€ sur La Montre Bleue.

Summary
Review Date
Reviewed Item
Pebble Time
Author Rating
41star1star1star1stargray

Vous aimerez sûrement

Ajoutez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site.