Lecture en cours
[Test] Frederique Constant Hybrid Manufacture : au croisement de l’horlogerie et de la smartwatch

Positif

La qualité de la montre
L'écrin

Négatif

Une partie logicielle à revoir
Le prix qui en fait un produit de niche

Rédaction
Lecteurs
Notez ici
Design
9.0
Logiciel
6.5
Confort
9.0
Accessoires
10
8.6
Rédaction
Lecteurs
Vous avez noté ce produit !

Dans le monde de la montre connectée, le consommateur a plutôt en tête l’Apple Watch, Wear OS ou encore les Galaxy Watch. Souvent avec un écran tactile donc, généralement bien plus qu’une simple montre, et plutôt un réel compagnon de l’activité. Mais pour certains constructeurs, une montre connectée n’a pas nécessairement besoin de ressembler à … une montre connectée. Elle peut, comme chez Frederique Constant, une maison reconnue dans le domaine de l’horlogerie classique, être un modèle élégant & à la finition exemplaire. C’est le cas de l’Hybrid Manufacture, au croisement de l’horlogerie suisse et de la smartwatch.

Amoureux des montres, j’ai toujours du mal à porter une Apple Watch plus d’une semaine, pour autant j’ai envie de pouvoir suivre mon activité quotidienne. Je n’ai pas forcément besoin d’y voir mes notifications, ayant généralement toujours mon iPhone, et la fonctionnalité handoff activée sur le MacBook … Alors le suivi des pas et du sommeil proposé par Frederique Constant me parait amplement suffisant pour mon utilisation.

Il est vrai que pour le prix demandé pour une smartwatch, je préfère m’offrir une vraie montre qui ne sera pas obsolète dans 2 ans. Comme le disent très bien nos confrères chez Les Rhabilleurs, “l’Apple Watch est un objet connecté avant d’être une montre”. On pourrait d’ailleurs étendre ces propos à la plupart des smartwatches – et si ce type de produits ne vous convient pas, ils ont d’ailleurs une belle sélection de montres à considérer à la place, que je vous conseille fortement !

Une vraie montre !

Réception de l’Hybrid Manufacture : elle se trouve dans un impressionnant écrin qui sert dans un premier temps à remonter la montre, mais également à recharger la partie électronique. Nous y reviendrons plus tard.

On prend la montre en main et on ne peut que constater la qualité du produit. Ce n’est pas un mini écran que l’on a au poignet, mais bel et bien une montre haut de gamme. Le boitier est en acier inoxydable, le fond est transparent afin de laisser apparaitre le mécanisme. Ce modèle offre un très beau cadran blanc avec chiffres romains, une complication à 6 heures pour la date et une autre à 12 heures pour le suivi de l’activité ou l’indication d’un second fuseau horaire. Au niveau du bracelet, on retrouvera de l’alligator et une boucle déployante qui reprend le blason de la maison Frederique Constant : superbe !

Une couronne est présente à 3h, un bouton poussoir servant à la connexion et à la disposition des aiguilles est visible entre 9h et 10h.

Au poignet, la montre est agréable : 42 mm de diamètre, 12,5 mm d’épaisseur, mais n’est pas imposante pour autant. On notera seulement un bracelet assez rigide au début. Aucune crainte, il prendra la forme de votre poignet au fur et à mesure. On apprécie également l’utilisation de verre saphir et la résistance 5 ATM.

Et comme je le disais au-dessus, Frederique Constant ne nous offre pas ici une montre à quartz. Il s’agit d’une montre automatique (pas de pile, l’énergie provient des mouvements lorsque la montre est portée, ou du remontage que l’on peut effectuer avec la couronne) avec une réserve de marche de 42 heures – Mr Montre propose un très bon article pour expliquer leur fonctionnement – et on comprend mieux pourquoi la montre tourne une fois placée dans l’écrin : magique. J’ai aussi parlé d’une partie électronique, parce que si la montre en elle-même n’a pas besoin d’être rechargée à proprement parlé, la partie qui assure le côté connecté, elle, doit l’être. L’écrin sert aussi à cela, mais le module pourra être retiré pour plus de mobilité : ouf ! Comptez 7 jours d’autonomie pour la partie électronique (on regrettera d’ailleurs que l’application n’envoie pas une notification quand la batterie est faible).

Une vraie smartwatch ?

Charles a eu l’occasion de tester l’Horological Smartwatch il y a quelques temps de cela et, si l’application n’est plus MMT-365 mais “Hybrid Manufacture” (iOS & Android), le principe reste le même. Suivi des pas, suivi du sommeil, calories dépensées. Des fonctionnalités qui restent basiques mais appréciables sur ce type de produit. On notera par ailleurs que l’application sera en mesure de diagnostiquer “l’état de santé” du mécanisme de la montre, nous indiquant ainsi quand une révision sera nécessaire : bluffant !

Bémol cela dit sur le fonctionnement de ces suivis. Pour le suivi des pas par exemple, si le compteur marche plutôt bien, la montre ne savait apparemment pas déterminer quand je me déplaçais à pied ou en scooter (qui ne marche pas à 50 km/h ?) : problème que l’on rencontre également chez Withings, mais pas chez Apple. D’autre part, à l’heure du coucher, il faudra penser à activer le mode sommeil depuis l’application – une habitude à prendre, certes, mais agaçante – et espérer que la montre daigne rester éveillée toute la nuit : j’ai parfois eu des nuits qui se terminent subitement à 3h du matin sans raison particulière. Autant vous dire que c’est vite démotivant quand on pense à activer le suivi du sommeil, tout fier, et que celui-ci n’est pas bon le lendemain matin …

Parfaite finition pour la forme, une partie connectée à améliorer

Parfaite dans le look pour ceux qui aiment porter une belle montre et suivre leur activité quotidienne, la partie logicielle mérite d’être plus aboutie. On regrettera cette différence entre le fond et la forme pour un produit avec beaucoup de potentiel mais malheureusement destiné à une niche, tant par les fonctionnalités que par le prix : en effet, les vrais passionnés ne classeront pas l’Hybrid Manufacture dans la catégorie montre, et le grand public ne la mettrait pas non plus dans le même rayon qu’une Apple Watch. Et je n’ai même pas encore précisé que Frederique Constant distribue ce modèle à 3 250 € ! Mais quand on voit qu’Apple distribue une Watch 4 édition Hermes à 1 549 €, cela peut remettre les choses en perspective.

L’Hybrid Manufacture sera toujours une belle montre, même quand sa partie logicielle deviendra obsolète – ce n’est pas le but, j’en conviens – alors que la Watch, après quelques années, sera certainement au fond d’un tiroir. Pour ma part, malgré le manque de précision du suivi, je trouve que ce genre de montre hybride est l’idéal ! En espérant que Frederique Constant poursuive ses efforts pour aligner la qualité de la partie électronique avec celle de son savoir-faire horloger.

Withings propose également des montres connectées au style minimaliste, mais ce sera le sujet d’un autre test !

À propos de l'auteur
Tony Vincent
Tony Vincent
Rédacteur en chef sur La Revue Tech. Etudiant en gestion passionné de nouvelles technologies. On peut aussi parler montres ou basket !
Commentaires
Laisser un commentaire

Poster un commentaire

Design
Logiciel
Confort
Accessoires