Lecture en cours
Microsoft HoloLens : la réalité mixte, le futur des interfaces ?

Microsoft HoloLens. Après l’Oculus Rift, l’HTC Vive, le Samsung Gear VR, etc c’était le dernier casque “majeur” qu’il me restait à tester. Le proverbe dit : “Gardez le meilleur pour la fin”, et il s’est avéré véridique une fois de plus !

À la découverte du casque

L’HoloLens est le 1er casque holographique disponible “à l’achat”. Je précise la mention entre guillemets car la bête se hisse quand même à un tarif assez prohibitif pour Monsieur Tout-Le-Monde : 3 299€ en Developer Edition, 5 489 € en Commercial Suite. Pas besoin d’entrer plus dans les détails : on comprend tout de suite avec ce positionnement tarifaire que Microsoft s’adresse uniquement aux pros ici.

La Revue Tech a donc eu l’occasion d’être invitée dans les locaux de Microsoft France pour tester son casque de réalité mixte. Attention, le choix des mots est très important ici ! C’est comme cela que mes interlocuteurs ont décrit eux-mêmes la technologie utilisée dans ce casque.

Pas de réalité “augmentée” pour eux donc, juste un mélange entre réel et virtuel.

Après une rapide formation d’une dizaine de minutes, j’ai eu l’occasion de tester l’HoloLens pendant 2 bonnes heures. Et autant vous dire que ces 2 heures ont été plus que mémorables ! Si comme moi vous aviez été subjugué par le 1er Iron Man, où l’on voyait pour la première fois la domotique a l’oeuvre de façon poussée et surtout naturelle : vous comprendrez l’état d’excitation dans lequel j’étais.

La première chose qui m’a surpris lorsque j’ai pris le casque en main c’est sont poids :  extrêmement léger pour son gabarit. On sent tout de suite que Microsoft a vraiment bien pensé l’ergonomie de son produit. Aussi bien l’accroche serre-tête que la flexibilité des matériaux choisis : tout a été pensé pour que l’utilisateur ressente le moins de gêne possible. Et je peux vous assurer que c’est le cas : après 2 heures non-stop avec le casque devant les yeux, je n’ai ressenti aucune fatigue visuelle ou de sensation de lourdeur.

Et point très important : pas de buée sur les lentilles !

Contrairement à quasiment tous les casques de VR/AR que j’ai pu testé, l’HoloLens laisse votre nez à l’air libre, ce qui fait que votre respiration ne remonte pas à l’intérieur du casque : good job 👌 !

Une prise en main intuitive et rapide

C’est dans ces quelques mots que se résume le succès d’un produit innovant : la simplicité d’utilisation. En l’espace de 5~10 minutes, j’étais déjà capable de naviguer dans l’interface sans problème. Microsoft a gardé les choses simples résumant le tout en 3 gestes.

La selection d’un élément, pour laquelle vous devez former un “L” avec votre pouce et votre index et “cliquer”. Le déplacement d’un élément, vous effectuez le même mouvement, mais cette fois vos doigts restent collés et vous permettent de déplacer ledit élément. Et le retour à l’accueil où vous devez rejoindre vos 5 doigts, pointés vers le haut, et les ouvrir.

Et c’est là qu’on a l’occasion de voir en action la principale force mais aussi le plus gros défaut de l’HoloLens : le champ de vision.

En effet l’atout majeur du casque de Microsoft est qu’il vient ajouter une couche de virtuel sur le monde qui nous entoure. Ainsi, contrairement à ses concurrents, on n’est pas totalement coupés de notre environnement. Il n’y a donc que très peu de chances d’avoir des nausées pour ne pas dire : aucune.

D’un autre côté, les lentilles du casque ne couvrent pas la totalité du champ de vision. On a ainsi des angles morts qui nous obligent à tourner un peu plus la tête à gauche et à droite pour avoir la totalité du contenu d’afficher. C’est d’après moi le seul endroit où le casque perd un peu de sa “magie” car on est justement obligé d’aller chercher le contenu. Par contre ce défaut arrive à se faire oublier tout au long de l’utilisation, donc pas d’inquiétude à ce niveau là.

Déjà de nombreuses applications !

Pendant ces 2 magnifiques heures, j’ai donc pu tester un large panel d’applications de l’HoloLens. Le casque est par exemple capable de scanner entièrement votre pièce et d’y matérialiser des hologrammes qui vont prendre en compte les contraintes physiques. L’hologramme court sur une table, arrive au bord, et au lieu de continuer tout droit dans le vide comme dans un dessin animé de Tex Avery, il trébuche et tombe sur le sol.

Vu qu’on parle du scan, il est aussi intéressant de savoir que le casque vous permet de sauvegarder des configurations précises dans différentes pièces. Je vais avoir Edge et Skype positionnés dans des endroits de mon bureau, mais lorsque j’irais dans mon salon, VLC sera toujours ouvert en grand sur un mur. En plus de ses scanners, l’HoloLens se sert aussi du réseau WIFI pour différencier ces différentes pièces.

“Mais il y a déjà des applications Edge, Skype et VLC pour l’HoloLens 🤔 ?” pourrait-on se demander. Et bien oui ! Et depuis très longtemps d’ailleurs car le casque est un PC sous Windows à part entière. Vous retrouverez votre menu Démarrer, vos Paramètres, etc tout comme sur un PC Windows 10 normal. À la seule différence où l’interface à été adaptée à un usage casque, d’où son nom : Windows Holographic. À partir de là les applications sont illimitées, car le casque arrive à prendre un logiciel initialement 2D, et à l’épingler sur un mur dans notre environnement 3D.

L’une des applications qui tire le mieux parti de cette fonctionnalité est sans nul doute Skype. Le logiciel de visioconférence amène l’expérience à un tout autre niveau en vous permettant de dessiner dans l’espace. Par exemple : vous avez renversé du chocolat chaud sur votre carte mère par inadvertance (admettons 😄) et vous parvenez à avoir le SAV de votre marque par Skype (admettons aussi). Vous allez pouvoir dessiner avec votre HoloLens et par exemple lui indiquer avec un cercle la zone qui a été noyée. En plus de cela votre interlocuteur va lui aussi pouvoir dessiner sur son interface Skype en fonction de ce que vous voyez !

Certaines entreprises d’entretien d’ascenseurs utilisent déjà ce système pour un support logistique lors de leur intervention, d’après ce que m’a dit Microsoft.

Est-ce le futur ou énième échec ?

Nombreux sont ceux qui ont tenté d’imposer leur solution VR/AR mais le résultat n’est pas encore au rendez-vous. Mais vu l’importance qu’y accordent les plus grands acteurs (Facebook, Samsung, Microsoft, etc), il n’est pas imprudent de se dire que le secteur est prometteur. Aussi bien le secteur professionnel que celui de l’enseignement pourraient tirer un gros avantage de cette technologie.

Alors : l’HoloLens est-il le casque qui va permettre cette démocratisation tant attendue ? À mon humble avis : pas vraiment. Je pense que ce casque est plutôt destiné à permettre aux professionnels de se préparer en amont. En effet, mes interlocuteurs chez Microsoft m’ont confirmé que la firme ne prévoyait aucun casque du même type pour le grand publique. Au contraire, ce serait plutôt des partenaires comme Asus, Acer, ou encore HP qui sortiront bientôt des casques avec Windows Holographic.

De ce fait, cela permet à Microsoft de se concentrer sur un secteur probablement plus lucratif pour eux : le B-to-B.

Voilà pourquoi ils prennent le temps qu’il faut pour former les nouveaux acquéreurs et surtout pour communiquer efficacement auprès des entreprises. Bien évidemment, des secteurs comme l’automobile, le bâtiment, ou encore l’armée sont extrêmement intéressés par le potentiel de ce type de casque. Et la stratégie de Redmond est assez logique : avoir le plus de sociétés possibles qui proposent des applications de la VR/AR/MR pour attirer en masse le grand public. Plus qu’à attendre que les casques atteignent un prix assez accessible pour M. et Mme Tout-Le-Monde.

Conclusion

Il ne fait absolument aucun doute que l’HoloLens a tout pour réussir. Aussi bien le hardware que le software sont d’un niveau de finitions assez remarquable. Il s’agit probablement de ma meilleure expérience à ce jour, tout type de réalité simulée confondue (entendez par là virtuelle, mixte, augmentée).

J’aurais tellement aimé que l’expérience soit accessible au grand public !

Mais le prix de vente du casque nous fait redescendre sur Terre. Pour l’instant, Microsoft n’a pas prévu de 2nde version du casque, mais cela devrait avoir lieu. En attendant, il serait très intéressant de voir ce que vont donner les casques des partenaires sous Windows Holographic. Je pense qu’il s’agira surtout de casques VR et non de “réalité mixte” comme ici, mais à voir. En attendant :

L’HoloLens reste le meilleur casque de VR/AR/MR que j’ai pu tester à ce jour 🎉

À propos de l'auteur
Charles Mangwa
Charles Mangwa
Je navigue entre Medium et les Minions, la culture japonaise et les emojis. N'hésitez pas à venir papoter sur Twitter : dispo 35 heures sur 34 😎 !

Poster un commentaire